Articles avec #sandrine kiberlain tag

Publié le 11 Septembre 2013

Tip Top film français de Serge Bozon, sorti en 2013

Deux inspectrices de la Police des polices débarquent dans un commissariat de province pour enquêter sur la mort d’un indic d’origine algérienne. L’une tape, l’autre mate, tip top. On pourrait tout à fait décrire Tip Top comme une petite soupe cosmique de collisions permanentes entre les codes sociaux, entre les genres cinématographiques, entre les mœurs culturelles et, naturellement, entre les personnages. Pas facile, par exemple, d’en départir le genre : Tip Top navigue entre le contexte d’un téléfilm policier, les codes sentimentaux d’un certain cinéma d’auteur, les petites connivences de la comédie en uniformes.
Tip Top ressemble presque à du Jean-Pierre Mocky. Son thème est classique, l'enquête en province de deux membres de la police des polices après le meurtre d'un indicateur d'origine algérienne. Le film tranche par sa dose déterminante de bizarreries sexuelles : les deux femmes flics ont chacune leur particularisme. La première, la chefe Huppert, est habitée par un sado-masochisme violent qui la conduit à déambuler avec un filet de sang sur l'arrête du nez, produisant de temps à autre une gouttelette qu'elle rattrape agilement avec la langue; tandis que l'adjointe Sandrine Kiberlain est handicapée par un voyeurisme frénétique et ontologique, en toute chose, elle regarde davantage qu'elle n'agit.
La critique sociale des milieux de province, bourgeois, policiers ou truands rappellent les morceaux de bravoure d'un Claude Chabrol.
Le point fort de Serge Bozon, c'est l'art de dérégler, voire de détraquer, absolument toutes les scènes de genre du polar français. Soit par une crise du langage, dialogues de sourds à tous les étages, entre les communautés, les échelons hiérarchiques, les milieux sociaux. Soit par des jeux corporels qui déplacent soudain, de beaucoup, les enjeux d'un interrogatoire ou d'une confrontation. Mais ce cinéma délicieusement dérangé prend parfois le risque de tourner à vide ou de dériver plutôt que de reprendre le droit chemin de la narration et du sens. Et, pour finir, dérailler en beauté, plutôt que d'arriver à bon port.
Distribution
  • Isabelle Huppert: Esther Lafarge
  • Sandrine Kiberlain : Sally Marinelli
  • François Damiens : Robert
  • Karole Rocher : Audrey
  • Samy Nacéri : Gérald
  • François Négret : Nadal
  • Aymen Saïdi : Younès
  • Elie Lison : Rozinski
Fiche technique
  • Réalisation : Serge Bozon
  • Scénario : Serge Bozon, Odile Barski et Axelle Ropert
  • Photographie : Céline Bozon
  • Montage : François Quiqueré
  • Durée : 106 minutes
  • Dates de sortie : 19 mai 2013 ; Sélectionné à la quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes 2013
    • France 11 septembre 2013
Tip-Top film déjanté

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #serge bozon, #cinéma, #Isabelle Huppert, #Sandrine Kiberlain

Repost 0