Publié le 11 Avril 2016

Quand on a 17 ans , film français de André Téchiné, sorti en 2016

Damien et Tom étudient dans la même classe au lycée et vivent dans deux environnement complètement différents. Tom vit dans une ferme à la montagne avec ses parents adoptifs Christine et Jacques et fait plus de 3h de déplacement chaque jour pour se rendre au lycée. Damien vit à proximité du lycée avec sa mère Marianne, médecin, tandis que son père Nathan, pilote d’hélicoptère dans l’armée, est stationné à l’étranger et ne fait que de courtes apparitions chez lui, mais communique par Skipe. Ne pouvant pas se supporter, les deux jeunes en viennent régulièrement à des accrochages physiques, bien qu'ils soient tous les deux assez isolés du reste de leur classe. Il semblerait que ces empoignades éveillent en Damien une autre forme d’attirance envers Thomas (Tom).

Un jour, Thomas appelle Marianne pour qu'elle ausculte sa mère, malade depuis un moment. Le médecin découvre que cette dernière est enceinte. Un miracle alors qu'elle a accumulé les fausses couches. Pour soulager la future maman et pour que le climat s'apaise entre les deux adolescents, elle propose d'héberger Thomas, qui habite loin du lycée. Entretemps, Nathan, le père de Damien, revient enfin à la maison après des mois passés en mission. Le film est une histoire racontée suivant trois trimestres des garçons, assez (trop?) étirée dans le temps.

La délicatesse du regard du cinéaste sur la brutalité des gestes ou des événements fait ressortir son mélange de romanesque et de sensualisme. Si l'homosexualité de Damien se précise peu à peu, Tom reste opaque, y compris pour lui-même. Fruste et solitaire, il s'inflige autant de violence qu'il en manifeste à l'égard de Damien. Quand les deux élèves ennemis doivent cohabiter quelque temps, à l'initiative de la mère de Damien, et chez elle, on retrouve un triangle clé de l’œuvre de Téchiné: la mère, le fils et le « mauvais garçon ». Cette petite famille éphémère est mue par un inconscient passablement tortueux. C'est la mère qui, en quelque sorte, désigne à son fils l'objet du désir. Tout un château de cartes de sentiments et de pulsions s'échafaude alors, sur fond de révisions pour le bac.

La nature, paradis perdu, et les saisons successives, autant dire les âges de la vie, sont capitales dans cette histoire. Le superbe générique d'ouverture annonce la couleur : on suit une route de montagne en plein été, et tout à coup, à la sortie d'un tunnel, nous voilà en hiver.

Bien que Téchiné s'en défende (la référence semble inévitable, mais je n'aime pas cette comparaison), la comparaison avec Les Roseaux sauvages (1994) est inévitable. Les personnages ont le même âge et préparent le bac. La guerre, hors champ, parvient dans ces coins perdus de la France rurale, celle d'Algérie dans Les Roseaux sauvages, et les opérations extérieures telles qu'elles se déroulent actuellement dans ce film. La beauté et le mystère de la nature, les premiers émois amoureux, la découverte de l’homosexualité, la perte d’un être cher, l'absence d’un père, l' angoisse de la mort sont des éléments communs, aux deux films, tirés en grande partie de la propre expérience de l'auteur.
Mais ce film est peut-être encore plus radical que le premier. L’homosexualité n’a plus vraiment à se confronter à un verdict social. Personne dans l’environnement des jeunes hommes ne porte un regard homophobe. L’homosexualité ne tient même plus tout à fait lieu d’identité. Le désir sexuel est plus glissant, moins cloisonnant. Cependant, les relations hétérosexuelles sont à peine envisagées par les jeunes gens, et encore sous forme quasi œdipiennes, non pas avec des filles de leur âge, mais avec la figure de la mère bienveillante de Damien.

Déclarations d'André Téchiné:

  • Nous sommes partis de l'idée d'une relation triangulaire entre une mère, dont on voulait faire un personnage important, et deux adolescents qui découvrent leurs désirs. Une seule chose nous guidait : le corps à corps. Écrire un film le plus physique possible, que chaque scène soit un moment d'action. Il était impensable que Tom et Damien expriment leurs émotions comme le feraient des adultes.
  • Le désir de Tom est plus indéterminé. Il doit lutter contre sa frayeur du contact avec Damien. Dès qu'il sent l'attirance qu'il exerce sur Damien, il veut absolument maintenir la distance, il a une résistance très forte et très violente à ce désir. Ça va jusqu'au coup de boule. Il y a une part d'homophobie en lui qu'il n'arrive pas à vaincre. Il est engagé dans un combat douteux. Les préjugés ne sont pas des abstractions, ils sont chevillés au corps.
  • La nature joue un très grand rôle, ça vient du souvenir des Pyrénées mêlé à Emily Brontë qui fait de la lande son personnage principal. Les paysages provoquent des chocs : ils renferment une puissance avec laquelle il est possible d'établir un contact. C'est quelque chose qui existait très fort au dix-neuvième siècle pour les romantiques.
  • La mise en scène est une chose très instinctive chez moi. Les montagnes, les corps des acteurs, les trajets de Tom dans la neige, imaginer de quelle manière tout cela va bouger ensemble, ce sont déjà des éléments de mise en scène avant le tournage mais je refuse de les emprisonner dans un découpage pré-établi. Ce que je peux dire, c'est que je n'ai jamais eu le souci de filmer une scène en fonction de ce qui précédait ou de ce qui allait suivre. Je ne me préoccupais que de donner le plus de présence possible à la séquence que je tournais, comme s'il s'agissait d'un court métrage, comme si c'était la première et la dernière fois.
Distribution
  • Sandrine Kiberlain : la mère de Damien
  • Kacey Mottet Klein : Damien
  • Corentin Fila : Tom
  • Alexis Loret : le père de Damien
Fiche technique
  • Réalisation : André Téchiné
  • Scénario : Céline Sciamma et André Téchiné
  • Lieux de tournage : Luchon (Haute-Garonne) et à Saint-Girons (Ariège)
  • Durée : 116 minutes
  • Date de sortie : 30 mars 2016
Quand on a 17 ans, André Téchiné

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0

Publié le 7 Avril 2016

Beaucoup de problèmes du monde, les guerres, les migrants ont pour origine directe ou indirecte le non-respect des droits humains dans de nombreux pays.

L'objectif d'Amnesty International est de contribuer aux respects des droits et des libertés garantis à chaque individu par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948.

Les membres de la section française sont régulièrement informés des actions d'Amnesty par la Chronique mensuelle, qui présente en particulier les cas d'appels. Il existe également un Rapport Annuel qui synthétise les informations d'Amnesty par pays.

Amnesty International est indépendant financièrement et ne demande ni ne reçoit aucune subvention, ni contribution d'entreprises. L'organisation est entièrement financée par les cotisations, les dons de particuliers et par les sections locales.

C'est dans ce cadre que le Groupe 288, Vallée de l'ORGE, organise

Une Foire aux Livres
le Samedi 9 avril 2016
de 10h à 18h
Salle Georges Lavit
Parc des Sports Jean Moulin
33 avenue de l'Armée Leclerc
91600
SAVIGNY/ORGE


Venez nombreux pour soutenir leur action

Foire aux livres, le samedi 9 avril, au profit D'Amnesty International

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #droits de l'homme, #Amnesty International

Repost 0