Publié le 9 Mai 2008

Le triomphe de la décennie, voire du siècle semble devoir être le film Bienvenue chez les Ch’tis de Danny Boon, qui rappelle étrangement les succès régionalistes du Bourvil débutant : Pas si bête ou Le Trou normand,  films difficilement regardables aujourd'hui. De fait ce film a un scénario très faible, prévisible. Une façon de tourner qui date de plus de 60 ans, linéaire, sans aucune invention. Certains téléfilms ou même des séries sont plus inventives!
  
Dans un bond en arrière d'un demi-siècle, le cinéma français est redevenu, aujourd'hui, exactement ce qu'il était au milieu des années 50. Professionnel et asphyxié. Englué dans cette « qualité France » que fustigeaient des critiques comme André Bazin et de futurs cinéastes comme François Truffaut.

La Flandre française bafouée

Le choix de Bergues pour ce film est un contre-sens. C’est   le résultat d’une ignorance crasse de l’Autre Culture Régionale des Pays-Bas français. Bien sûr on voit d’autres villes dans ce film, mais avec un titre pareil (‘Bienvenue chez les Ch’tis’) le lieu de tournage principal ne pouvait en aucun cas se trouver entre la Lys et la Mer du Nord ! Quand on songe que Dany Boon est originaire d’Armentières, ville située juste au sud de la Lys 
Les enfants de Bergues comprendront qu’ils sont ch’tis. Peut-être rejoueront-ils entre eux les meilleures répliques du film… Ils pourront dire aux enfants de Hoymille ou de Warhem : ‘T’es d’min coin ti’…

Rappelons  par ailleurs que Dany Boon a prêté sa voix (et son bel accent) pour une pub de Mac Donalds (le symbole de la mal’bouffe) diffusée sur TF1 (la chaîne du temps de cerveau disponible).
Ou l’alliance de la pseudo culture ch’ti, de TF1 et de Mac’Do… la boucle est bouclée.

C’est le moment de vous recommander  de voir ou revoir  ‘Quand la mer monte’ avec Yolande Moreau. Ce film présente aussi la Flandre Maritime, mais il est drôle, sensible, intelligent, anti-commercial (pas diffusé dans les multiplexes)…en un mot : l’anti ‘Bienvenue chez les Ch’tis’.

Projection à l'Élysée

Le film a bénéficié d'une projection privée au Palais de l'Élysée le 15 avril 2008 à 19h pour que le président de la République française Nicolas Sarkozy puisse le visionner. Le film a été projeté en présence du Président et de Carla Bruni-Sarkozy, ainsi que les deux ministres "Ch'tis" du gouvernement : Jean-Louis Borloo et Valérie Létard .

Ce n'est que la quatrième fois que ce type de projection privée est organisée : la première par le Général de Gaulle, qui avait fait aménager la salle de projection privée de l'Élysée afin de visionner la Grande Vadrouille, puis par François Mitterrand en 1994 pour Paris, Texas et par Jacques Chirac en 2001 pour Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain.

Cette liste est significative : populaire et patriote pour de Gaulle, philosophe et intellectuel pour Mitterrand, un peu kitch pour Chirac et nul, plat et vulgaire pour Sarko

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0