Publié le 22 Novembre 2011

Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de découvrir les premiers joyaux du réalisateur David Lean au Festival international du film de La Rochelle 2011, le coffret David Lean proposé par l’éditeur Carlotta viendra combler ce manque.


Le coffret rassemble les films de ses débuts ; des films de 1944 à 1950, en noir et blanc ou en couleurs, dramatiques ou plus légers. Des comédies de ses débuts aux mélodrames passionnés, le cinéaste élabore un grand style, épris de perfection technique, au montage raffiné. Son tempérament romantique y mélange le lyrisme, la hantise des sentiments fragiles, abîmés, disparus, et la respiration des éléments, ciel, vent et pluie.


Heureux mortels– 1944 (This Happy Breed)
L’histoire d’une famille emménageant dans une nouvelle maison lors du retour du mari de la première guerre mondiale, ils y connaissent joies et peines jusqu’à l’éclatement de la seconde. Fresque historique et intimiste, on y découvre le quotidien d’une famille anglaise typique, inspiré d’une pièce de théâtre de Noël Coward.


Brève rencontre- 1945 (Brief Encounter)
Un mélodrame fondateur, assez moderne pour son époqueen particulier par l’utilisation de la musique, la construction du film, le récit à la première personne et au féminin. Brève Rencontre a gagné le premier Grand Prix au Festival de Cannes, actuelle Palme d’Or.


L'esprit s'amuse‎ – 1945 (Blithe Spirit)
Charles Condomine et sa femme Ruth organise une séance de spiritisme avec la voyante Madame Arcati, la séance provoque l’apparition du fantôme de la première femme de Charles, Elvira. Amusant, de beaux effets spéciaux et une vision de la femme et du couple très caustique, avec des répliques sarcastiques.


Les Amants passionnés' -1949 (The Passionate Friends)
Marie Justin est marié avec un Howard, un homme d’affaires fortuné plus âgé. Alors qu’elle est seule en vacances au lac d’Annecy, elle rencontre par hasard, Steven Stranton avec qui elle a eu une liaison quelques années auparavant, à laquelle Howard mit un terme brusquement.


Madeleine - 1950
En 1857, à Glasgow, contre les vœux de ses parents, qui la destinent à un mariage bourgeois et prometteur, Madeleine Smith noue une relation secrète et passionnée avec Émile L’Angelier. Lorsqu’elle décide de mettre un terme à cette liaison, celui-ci se rebelle. Peu après, Madeleine est accusée de l’avoir empoisonné. Une description de l’Écosse victorienne, et un portrait de femme trouble, coupable, ou pas...


Amantspassion.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0