Publié le 21 Septembre 2009

Momoyo Torimitsu ( 鳥光 桃代 Torimitsu Momoyo ) née en 1967.

Elle est diplômée en 1994 de la Tama Art University (université de Tokyo)

Depuis 1996, elle vit et travaille à New-York, avec de fréquents voyages à Paris et Tokyo.

Dans un style très personnel, quelquefois ludique, mais avec une gravité certaine, elle représente les angoisses des "salaryman" japonais, dans un contexte de crise interminable. Elle détourne aussi les codes de la culture Kawaï, pour mieux représenter de façon colorée de sombres préoccupations.

  • 1994-2001 Jiro Miyata, installations et performances
    Cette première réalisation impressionne d'emblée la critique contemporaine: Un japonais en costume gris rampe sur le sol, c'est Jiro Miyata. Ce robot anthropomorphe hyperréaliste représente un employé de bureau modèle et il ne sait faire qu'une chose : ramper. Lors de ses performances, Momoyo Torimitsu est habillée tout en blanc, et joue le rôle d'une infirmière dévouée, accompagnant Jiro Miyata pour le remettre dans le droit chemin lorsqu'il s'en va de biais, l'aidant à traverser la rue, lui remettant ses lunettes, et surtout, prête à changer ses batteries. L'autonomie de Miyata est assez limitée et les moments les plus troublants sont ceux où la belle infirmière déshabille son robot, puis, à l'aide d'un grand tournevis, lui ouvre le dos, en extirpe la batterie usagée pour la remplacer par une batterie neuve. Opération incongrue tout à fait émouvante et figurant la métaphore de l'artiste comme infirmière guidant les salariés et leur redonnant de l'énergie.
  • 2000-2001: Somehow I don’t feel comfortable Installation Galerie Xippas, Paris
    Momoyo Torimitsu réalise une œuvre dont le titre pourrait se traduire par « En fait, je ne me sens pas à l’aise ». Les deux gigantesques lapins roses qui la composent, pourtant si souriant et kawaii, laissent une impression d’étouffement, de suffocation. En plus d'intimider par leur taille, près de trois mètres de hauteur, les deux énormes ballons gonflables roses sont réalisés et disposés de façon à être écrasés entre le sol et le plafond afin qu’ils cachent le reste de la salle d’exposition et gênent la circulation. Ils sont accompagnés de dessins qui les montrent une fois dégonflés, ils ressemblent alors à des bêtes d’abattoir dépecées. L' œuvre est la représentation d’un cliché dénoncé : une forme d’innocence et de naïveté concentrée dans « l’esprit kawaï » sont cruellement mis à nu. La taille disproportionnée de ces jouets pour enfants renvoie au malaise des Japonais face à leur incapacité à se libérer tant physiquement qu’intellectuellement des carcans sociaux.
  • 2004 : Inside Track, installation, New-York
    Ce projet multimédia met en scène trois robots grandeur nature animés. Ce sont des hommes d'affaire, l'un japonais, l'autre américain et le troisième européen. Ils représente la compétition économique acharnée que se livrent les multinationales. Ces robots sont accompagnés de vidéos et de photos géantes des visages des trois compétiteurs, cadrés à la manière des photos de rapport d'activité des grandes entreprises
  • 2004-2007 : Horizons, Installation
    L'artiste réalise cette œuvre au début de la Guerre en Irak. Une centaine de figurines GI Joe's, animées par des piles, rampent sur une vaste carte, figurant des pays et leur activité économique. Ces figurines sont toutes habillées en hommes d'affaire, dénonçant ainsi la collusion entre stratégie militaire et stratégie économique.

Image:Torimitsu94.jpg

Performance autour de Jiro Miyata; 1994-2001


Image:Torimitsu00.jpg

Somehow I don’t feel comfortable, Installation 2000-2001


Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #art contemporain

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2009

Yutaka Sone, ( 曽根 裕 Sone Yutaka ) plasticien contemporain japonais, né en 1965 à Tokyo. Depuis 2000 se partage entre Los Angeles et Tokyo

L'Œuvre de l'artiste japonais Yutaka Sone défie les catégorisations faciles. Non seulement il est difficile de réduire son travail à un seul médium, car la pratique de Yutaka Sone inclut la sculpture, le dessin, la performance et la vidéo, mais il est aussi difficile de le situer culturellement.

Bien que Yutaka Sone ait vécu toute sa vie au Japon avant de s'installer à Los Angeles en 2000, l'artiste n'exploite pas son héritage culturel mais il ne rivalise pas non plus avec les stratégies de l'art occidental. Sans se lier complètement à une culture spécifique, mais en adhérant plutôt à la culture au sens large du terme, la pratique artistique de Yutaka Sone développe son propre vocabulaire formel et poétique. L'expérience de ses nombreux voyages dans le monde, la diversité et la richesse des lieux et des personnes rencontrées, nourrit toute son œuvre.

Ainsi, la plupart de ses vidéos peuvent être considérées comme le journal intime de ses voyages (Hello Bat, où l'artiste utilise les prises de vue réalisées dans la jungle afin de confronter le spectateur à l'image inquiétante de milliers de chauve-souris en vol), ou comme la documentation de performances utilisant ses propres sculptures (Wuerfelwurf, Throwing the Dice, où deux sculptures en forme de dés géants aux couleurs métalliques sont jetées par l'artiste du haut d'une esplanade).

Les thèmes récurrents de son travail, incluent le rapport privilégié avec le paysage, qu'il soit physique ou imaginaire, urbain ou rural.

Principales expositions

  • 1993 Mito art Tower Mito Japon
  • 1997 Musée d'art contemporain d'Hiroshima, Japon
  • 1999 Musée d'art Sogestu Tokyo
  • 2000 Art Pace San Antonio (Etats-Unis)
  • 2001 Museum of contemporary art Los Angeles
  • 1999-2009 Galerie David Zwirner New York
  • 2004 Centre Georges-Pompidou Paris
Page originale : Yutaka_Sone

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #art contemporain

Repost 0