Publié le 20 Septembre 2010

Même disparu, Chabrol restera toujours un bon vivant.

A l'inverse d'un Resnais mûrissant longuement chaque œuvre, Claude Chabrol a tourné beaucoup de films, cinquante sept longs métrages, rejoignant ainsi Jean-Luc Godard.
Bien sûr certains de ces films sont des films alimentaires fait pour renflouer sa société de production (et payer ses impôts, selon ses propres aveux !) : ainsi la série des “Tigre”, sans compter des séries pour la télévision.
Chabrol a toujours porté un regard affûté mais tendre sur l'humanité. Celui, goguenard, du curé de campagne qui connaît trop bien les vices de ses ouailles pour les condamner. Et le cinéaste sur les tournages duquel on mangeait le mieux et qui tenait par dessus tout à ce que la cantine soit bonne.
Ses réalisations tournaient toujours autour des mêmes thèmes. Il savait que l'homme est un animal et le démontra tout le long de sa filmographie, devenant juste de plus en plus rigolard au fil du temps.

Deux de ses meilleurs films, Le Boucher et Que la bête meure, en 1969, avec Jean Yanne, ne parlent que de ça : la culture ne peut rien contre les bêtes humaines. Stéphane Audran, l'institutrice du Boucher ne parvient pas à ramener à la civilisation Popaul, qui a vu trop de sang et ne peut s'empêcher de le faire couler. Et pour Que la bête meure, pour qu'un chauffard arrogant soit puni, il faudra que le gentil Michel Duchaussoy cesse d'être civilisé.
La bêtise est aussi un des  thèmes clés de l'œuvre de Chabrol qui se dit fascinée par elle : "la bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a ses limites tandis que la bêtise n'en a pas. Voir un être profondément bête, c'est très enrichissant et l'on a pas à le mépriser pour autant." Les Godelureaux, l'année suivante, ne rencontre pas plus de succès. Il se lance alors dans la réalisation de films d'espionnage souvent parodiques et toujours plein d'humour, mais boudés par la critique.

Mais il sait aussi prendre des risques comme par exemple en 1980, en se lançant dans l'adaptation du Cheval d'orgueil, le roman breton de Pierre Jakez-Elias, avec des comédiens peu connus du grand public.

En 2005, l'ensemble de son œuvre cinématographique a été distingué par le prix René-Clair de l'Académie française.

 

Claude Chabrol est né à Paris, le 24 juin 1930.
C'est un fils de pharmacien et il dévore la Comtesse de Ségur. Il débute dans le cinéma dés l'âge de 12 ans comme projectionniste dans un garage d'un petit village de la Creuse.
Dès son arrivée à Paris, il fréquente assidument le ciné-club du quartier Latin, animé par Éric Rohmer, où il rencontre Truffaut, Rivette, Godard et Paul Guégauff, qui deviendra son scénariste.
Claude Chabrol entre aux "Cahiers du Cinéma" en 1953, ses amis François Truffaut et Jacques Rivette y font déjà leurs premières armes depuis quelques mois. Il fréquente la Cinémathèque de Claude Langlois et est introduit auprès d'André Bazin et Jacques Doniol-Valcroze, fondateurs de la toute jeune revue de cinéma à couverture jaune.
Dès ses débuts il défend la "politique des auteurs", pas encore strictement définie, mais déjà présente en puissance. A propos du film Chantons sous la pluie de Kelly et Donen, Claude Chabrol écrit : "il s'agit bien, cette fois, d'un film d'auteur, ce qui est rare dans ce genre de production". Le jeune critique cherche alors à convaincre ses lecteurs qu'à l'intérieur même du carcan des studios hollywoodiens, un réalisateur, malgré les règles et les conventions qui régissent les productions, peut imposer son style pour ainsi se positionner en véritable auteur de film
. Chabrol reprendra ces idées quelques numéros plus tard pour partir à la défense d'Alfred Hitchcock, considéré alors par la critique comme simple technicien efficace et non comme un auteur à l'univers passionnant.
En 1957, il publie avec Éric Rohmer un livre sur Alfred Hitchcock.
Il participe ainsi au lancement de la Nouvelle Vague française en étant critique aux Cahiers du cinéma.

Ses premiers films

Il se marie très jeune à Agnès, une riche héritière ce qui lui permet de fonder sa société de production. Il produit, pour démarrer, un court métrage de Jacques Rivette, Le Coup du berger (1956) avec Jean-Claude Brialy et François Truffaut, dont il est aussi scénariste. Il peut réaliser ses premiers films.
Le beau Serge en 1959 avec Jean-Claude Brialy, un drame campagnard qui dénote avec ses futurs thèmes de prédilection, sera son coup d'essai en tant que réalisateur, d'emblée couronné par un succès commercial conséquent

 

 


Quelques films :

Voir les commentaires

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0