La nocivité extrême de Wikipédia

Publié le 29 Novembre 2010

J'ai été un temps séduit par le contexte sympathique de Wikipédia, lié au logiciel libre, à la diffusion gratuite de la connaissance etc... Et au fil du temps les dangers multiples de cette entreprise sont apparus, comme la perte de sens, la perte de valeurs.

Premier point: Wikipédia, en mettant gratuitement en ligne des articles médiocres casse le modèle économique de sites plus exigeants. Pourquoi payer des chercheurs, des auteurs pour produire un contenu encyclopédique de qualité. Encarta a fermé, car ses ressources se sont épuisées. Pour sa publicité wikipédia ose prétendre qu'elle aussi fiable l'Encyclopédia Universalis, trucage! mensonges!

Les journalistes n'ont plus le temps de faire des recherches sérieuses. Les impératifs de délai font qu'ils sont obligés de pomper Wikipédia, sans vérifier. Du coup les erreurs se propagent et s'auto-alimentent.
Par exemple, à la mort de Alain Corneau, le 30 août 2010, site de France Culture (une référence pourtant) copie Wikipédia, y compris le canular suivant: En 1960 il rencontre la fameuse "Ninique de Colombes" qui lui donnera ses premiers cours cinématographiques. Cette énormité est restée pendant près de deux ans (depuis novembre 2008) et y serait resté encore longtemps, si France Culture ne l'avait pas reprise à son compte !

L'affaire la plus importante en cette fin novembre 2010 est celle du dernier roman primé de Michel Houellebecq, La Carte et le Territoire, et de sa mise en ligne gratuite par Florent Gallaire, soi-disant juriste du Web. Celui-ci explique sa démarche en soulignant que Michel Houellebecq a intégré dans son dernier ouvrage des extraits provenant de l’encyclopédie en ligne Wikipedia, sans en citer la source.

Tout d'abord quelle confusion mentale! comment peut-on comparer un roman de 400 pages et les quelques lignes pompées à propos de Beauvais, que je cite:


Les premières traces de fréquentation du site de Beauvais pouvaient être datées de 65 000 ans avant notre ère. Camp fortifié par les Romains, la ville prit le nom
de Caesaromagus, puis de Bellovacum, avant d'être détruite en 275 par les invasions barbares. Situé à un carrefour de routes commerciales, entourée de terres à blé d'une grande richesse, Beauvais connut dès le XIe siècle une prospérité considérable, et un artisanat textile s'y développa – les draps de Beauvais étaient exportés jusqu'à Byzance.


Ces lignes étant elles-mêmes partiellement copiées par les "auteurs" de Wikipédia sur le site de la Mairie de Beauvais !

De plus Wikipedia se place sous le statut de la licence Creative Commons, mais Emmanuel Pierrat, spécialiste du droit d'auteur, réfute la démonstration du blogueur :

« Il cite un point du règlement qui s'applique uniquement aux contributeurs du site. Quand quelqu'un participe à cette œuvre collective, son propos est libre. Mais cela ne s'applique en rien au travail personnel d'un individu qui s'est inspiré des articles de l'encyclopédie. »

Perte de valeur, non reconnaissance du travail des écrivains, Michel Houellebec a quand même passé du temps à écrire son roman, même s'il a gagné 30 minutes en empruntant quelques lignes à Wikipédia, des chercheurs, des journalistes, voilà les vrais dangers de wikipédia et des fanatiques du "libre", qui confondent travail personnel et œuvre collective.

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #politique

Repost 0
Commenter cet article

Wikibuster 28/05/2013 10:03

Bonjour,
M'autorisez-vous à reproduire votre témoignage (avec lien vers l'orifinal) sur http://blog.wikibuster.org ? Merci.
Cordialement,
WIkibuster

Altshift 06/12/2010 23:34


Bonjour,
vous disiez sur le blog de Gallaire :

«  la licence de wikipédia permet une exploitation commerciale
Des livres complilant des articles sont en vente sur Amazon »

mais encore :

«  Mais que faire devant l’inertie de cette encyclopédie libre ?
Et bien Wikipédia n’est pas propriétaire des textes, elles ne peut rien faire. seuls les “auteurs”, qui pour une grande partie ont disparu pourraient le faire, mais pour quel gain ? »

D’accord avec vous, la licence qu’impose (librement) wikpédia prévoit les éventuels usages commerciaux du travail bénévole : comme ils ont tous bien compris les principes de la licence, de nombreux
bénévoles s’en étonnent.

en revanche, sur la deuxième partie, si wikipédia (wikimédia) a tout intérêt à se désolidariser de Gallaire, du moins publiquement, elle n’en est pas pour autant inerte : ses responsables savent
comment rentabiliser, sans avoir l’air d’y toucher, le travail bénévole tout en le dénigrant.
certes, wikipédia n’est pas auteurs des textes, certes, wikipédia n’est pas éditeur, en revanche elle se comporte en véritable propriétaire qui fait fructifier le travail bénévole :
- qui sert de poids pour capter des dons (plus il y a d’article, plus il y a de visites)
- qui sert à agréger l’intérêt de sociétés privées, orange, facebook, amazone qui captent à leur tour (pas gratuitement, c’est certain : accords secrets) les articles créés bénévolement pour faire
du commerce et donner davantage de moyens à wikimédia pour grossir encore, attirer de naïfs bénévoles idéalistes etc.

Or wikimédia n’a aucune légitimité non plus à faire son beurre sur le dos des bénévoles, justement parce que les bénévoles n’ont pas pas compris des licencs dont par ailleurs, ils n’ont pas pas pu
choisir librement les options.


simple-touriste 26/06/2013 16:20

Bien sur que c'est un comportement de vandale qui ne peut pas être toléré.

Et tant pis pour les trois zozos qui pleurent sur le "droit" de retrait.

LOL

nezumi dumousseau 06/12/2010 23:41



Vous avez parfaitement bien analysé la situation. j'ai moi-même participé à Wikipédia et j'ai progressivement compris. Je rajoute même une chose grave: Wikipédia ne sait pas et ne veux pas
appliquer le droit de retrait, qui existe pourtant en droit français. si un auteur supprime ses propres textes, il va être considéré comme "vandale" et exclu... et ne pourra pas
faire valoir ce droit...



jeanjo 30/11/2010 17:33


Cela n'empêche aucunement (ou l'éditeur) l'auteur de citer ces sources à partir du moment ou il reprend un contenu qui ne lui appartient pas. Et cela quelque soit la source exploitée ...
Si les sources avait été fournies, il n'y aurait pas d'affaire "Houellebecq".


nezumi dumousseau 30/11/2010 17:50



En français, on parle de citer ses sources. Et puis c'est aux auteurs de défendre leurs droits, or ces pauvres bénévoles sont le plus souvent connus sous des pseudonymes aussi
tarte que Popo le chien . Aller en justice en portant plainte au nom de Popo le chien est une épreuve que je ne souhaite à personne...



Thierry 29/11/2010 19:11


bonjour

Vous avez un nombre de sites impresionnant. C'est vous Ann's blog ? et c'est vous le blog de Michelet ?


nezumi dumousseau 29/11/2010 19:25



Ann's blog est tenue par une amie. Michelet, je trouve qu'il dit des choses justes, mais ne le connais pas personnellement