Hommage à Elke Einig

Publié le 27 Novembre 2012

D'un coté la froideur d'un communiqué de 3 lignes, dans le quotidien anglophone The Rising Nepal :


Katmandou (Népal)
- Trois alpinistes sont morts dans des accidents divers au nord-ouest du Népal. Juddha Khatri, officier de police du Népal déclare : une randonneuse allemande de 53 ans est morte d'un mal d'altitude aigu, un Israélien de 25 ans est tombé d'un pont de bois dans la rivière Kali Gandaki, et un Autrichien de 62 ans est mort d'une crise cardiaque dans la région du Mustang.


De l'autre l'émotion :


Jeudi 25 octobre 2012.
Le petit groupe auquel j'appartiens se lève tôt. C'est le dernier jour de trek. La veille nous avons longuement marché, en descente, pour la fin du Tour des Annapurnas. Le soir à Jomsom, nous avons dignement fêté, comme les autres groupes, la fin de l'aventure. Souper en commun avec guide, sirdar et porteurs, alcool de pomme local, souvenirs, rires et chansons, cadeaux rituels, pourboires. C'est la détente après la difficile épreuve du Thorong La.


Ce matin, il ne reste plus qu'à se rendre, à pied, à l'aéroport de Jomsom, par ailleurs réputé pour être un des plus dangereux du monde. C'est la pagaille habituelle des petites aérogares du Népal, bagages dans tous les sens, 5 guides agglutinés autour du comptoir pour ne pas se faire voler sa place.

Brusquement un hélicoptère atterrit. Une bousculade et 4 hommes portent dans le hall une grande femme blonde évanouie. Pas de salle de soins, elle est étendue sur le béton avec pour seul isolant son blouson. Pas de médecin. Les policiers restent les bras croisés. Seuls Willem, le randonneur néerlandais et Sonam, le guide népalais tentent massage cardiaque et bouche-à-bouche. Le sang se retire du visage d'Elke. Bien plus tard, un infirmier arrive avec de l'oxygène.


Elke meurt doucement, dans cette aérogare, avec ses chaussures de randonnée aux pieds. Notre avion va partir, nous montons en silence à bord. Nous ne pensons plus aux 15 morts du même vol, 6 mois plus tôt. Le Twin Otter navigue entre les falaises, rase les cols et joue à saute-collines mais les 25 minutes de vol passent très vite et nous gagnons Pokhara, verte et calme.


La suite nous l'apprendrons progressivement, à Kathmandou, mais surtout en France, grâce à Saint-Google, qui connait personnellement, tous les individus des pays riches.

 

elke2.jpg
Elke à son pot de départ de la banque

 

Elke Heinig, née Lohmüller, née le 6 Août 1959 à Oldenburg, Allemagne, décédée à Jomsom le 25 Octobre 2012 . Un mari, Klaus, un fils, elle habitait Brème dans la Friedrich-Mißler-Strasse, travaillait depuis l'âge de 16 ans à la Bremer Landesbank, elle l'avait quittée récemment pour une filiale. Elle pratiquait la course sur route et la randonnée alpine.


Apparemment en parfaite santé, elle a été victime d'un mal aigu des montagnes, suivi d'un coma profond, alors qu'elle marchait, vers 5100 m d'altitude. À cette altitude, la pression de l'oxygène n'est plus que 52 % de celle au niveau de la mer. La seule prévention efficace est l'acclimatation progressive, mais ce mal peut aussi toucher des guides ou des porteurs locaux très expérimentés, sans que la science ne sache vraiment le prédire ni le soigner.


Redescendre rapidement est la clé. Nous avons vu un porteur népalais descendu en courant par 4 de ses collègues. Les étrangers fortunés ont droit à l'hélicoptère, mais ça n'a pas suffi dans le cas d'Elke. Ses chances de survie auraient été supérieures dans hôpital moderne avec centre de réanimation, mais on ne peut pas savoir.


Elke et son mari étaient incroyants, le faire-part porte la maxime Πάντα ῥεῖ (panta rhei) "tout passe", due au philosophe grec Héraclite, et, dans son esprit, très proche du bouddhisme et de sa notion fondamentale d'impermanence.


Elke, je t'ai peut-être parlé, un soir, dans un lodge; les contacts, en français ou en anglais sont tellement faciles d'un groupe à l'autre.
Nous partagions les même passions et la même philosophie de la vie. Je te rends un dernier hommage.

 

elke1.jpg

 

elke3.jpg
Jomsom Airport

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #Népal

Repost 0
Commenter cet article