Arnaud Desplechin, espoir du cinéma français

Publié le 18 Juin 2008

Dans un précédent article,  je souhaitais l'avènement d'un nouveau souffle du cinéma français.

Arnaud Deplechin peut en être le porte-drapeau. Après des débuts post-soixante-huitards et verbieux, il nous a donné Rois et reine, encore un peu hésitant, mais plein de qualité et à Cannes, le magnifique film au titre un peu trompeur Un conte de Noël.  Ce film aurait logiquement dû être récompensé, mais comme la Palme d'or est déjà revenu à un film français...

Ce sont des personnages à la fois ordinaires et exceptionnels que le cinéaste se plait ici à décrire, ce sont des chassés-croisés, des moments de vie, des dialogues, des réflexions. Il n'y a pas de coup de théâtre, ni de moments vraiment intenses, mais une exploration complète des relations interpersonnelles. Sous le prétexte de la thématique des retrouvailles, le réalisateur peint un tableau splendide et intelligent de la famille dans tous ces états.

Rien n' échappe au réalisateur: les relations mère/fils, l’éternelle quête de reconnaissance des enfants, les luttes fratricides, le deuil d’un enfant, la perte d’une épouse, les non-dits, la maladie, les sempiternels repas et même l'absurdité de certaines positions de la communauté juive, à travers le personnage de Faunia . Arnaud Desplechin, architecte des destinés de ses héros, bâti pierre par pierre son édifice, y incrustant une mulltitude de références cinématographiques, musicales, littéraires et mythologiques. Autour de personnages travaillés et de scènes originales qui portent davantage à la réflexion qu’à l’identification, le cinéaste met en scène sa Divine Comédie.

Deplechin  reprend le quatuor Emmanuelle Devos, Mathieu AmalricCatherine Deneuve et   Jean-Paul Roussillon
qui avait déjà fonctionné dans Rois et reine. Seule peut-être Catherine Deneuve est en dessous de sa réputation, elle est crédible en mère haïssante, beaucoup moins en malade condamnée.

*Voir la fiche complète : Un conte de Noël


Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0
Commenter cet article