Un scandale : La flamme olympique en haut de l'Everest

Publié le 12 Avril 2008

Le Syndicat National des Guides de Montagne (SNGM), la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) ainsi que l’Union Internationale des Associations de Guides de Montagne (UIAGM) ne souhaitent en aucun cas voir leur image associée de quelque façon que ce soit, au projet « Flamme Olympique à l’Everest ». En effet, cette manifestation, qui consiste à faire « du toit du monde » le support d’une opération médiatique de grande ampleur au profit de l’olympisme, ne présente à nos yeux aucun rapport avec les valeurs que nous souhaitons promouvoir à travers nos pratiques.

Par ailleurs, ce projet, par lequel les organisateurs des jeux entendent valoriser universellement l’esprit de compétition, entretient une confusion qui ne peut qu’être préjudiciable à l’alpinisme.

Enfin, au regard de la situation géopolitique de cette région du monde et compte tenu des atteintes constantes portées à la liberté d’expression et de circulation des populations locales, le SNGM la FFCAM et l’UIAGM ne peuvent que désapprouver cette manifestation qu’ils considèrent comme particulièrement inopportune.

Citons Bernard Mudry:

Pour hisser la flamme olympique, les Chinois  emploient des dizaines de sherpas équipant la totalité de l'arête de plusieurs kilomètres de cordes fixes.

Les Chinois devront régler d'autres problèmes : aucune combustion naturelle n'étant possible à cette altitude, il leur faut en effet créer une torche spéciale sous cloche utilisant différents mélanges gazeux avec apport interne d'oxygène. 

On peut légitimement s'interroger sur l'impact d'une telle opération, menée dans l'indifférence de la communauté internationale vis-à-vis du peuple tibétain et de sa culture. Que la montagne soit ainsi artificialisée, banalisée, outragée, me choque profondément. Mais que des montagnards –de surcroît guides–, se prêtent à ce jeu, m'interpelle. Par notre silence, nous, membres de la communauté montagnarde, contribuons à l'ouverture d'une ère du clinquant pour nos activités –une ère où l'artifice et l'argent, bien loin des fondamentaux de l'alpinisme, prédomineront.
Est-ce l'avenir que nous voulons nous réserver ?"


Bernard Mudry,
Président de la Fédération française des clubs alpins et de montagne


Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #Montagne

Repost 0
Commenter cet article