Arman

Publié le 5 Avril 2008

Un nouveau site pour Arman


www.armanstudio.com



Rappel:

Armand Pierre Fernandez est né le 17 novembre 1928, à Nice.

Il se familiarise dès l'enfance avec les objets dans la boutique d'antiquités de son père.
Elève brillant, il commence à peindre à 10 ans et intégre l'Ecole des Arts Décoratifs de Nice en 1946.
A 19 ans, il rencontre Yves Klein (connu pour ses monochromes bleus et qui mourra prématurément en 1962) et Claude Pascal, qui deviendront ses deux plus proches amis.

C'est le début d'une jeunesse exaltée, son intérêt pour les philosophies et les arts d'Extrême-Orient, le conduit à l'Ecole du Louvre à Paris en 1949.

Ne souhaitant pas poursuivre, selon le désir de son père, une carrière de commissaire priseur, il revient à Nice et part pour Madrid où il enseigne à la Bushido Kwai Judo School.

De retour à Nice en 1951, son attrait pour la peinture se précise, sous l'influence de peintre russe Serge Poliakoff et de Nicolas de Stael. Il décide de signer de son prénom: Armand.
En 1953, c'est l'année d'un mariage qui durera près de vingt ans avec Eliane Radlgue. Ils auront 3 enfants: Françoise, Anne et Yves, (qui décédera accidentellement en 1989).
Il se remarie en 1971 avec Corice Canton, il auront deux autres enfants, Yasmine et Philippe. Influencé par les oeuvres de Kurt Schwitters et de Jackson Pollock, il pratique la technique du tampon et expose ses premiers « Cachets » à Paris en 1956.

En 1958, à l'occasion d'une exposition chez Iris Clert, Arman authentifie une erreur d'impression dans le carton d'invitation (Armand était écrit sans « d ») et transforme sa signature.

1959: la carrière d'Arman connaît une nouvelle orientation avec le début des Accumulations d'objets.

1960: Arman est l'un des membres fondateurs d'un collectif d'artistes: les Nouveaux Réalistes, sous la houlette de Pierre Restany.
1961: Première exposition à New-York, utilisation de nouveaux matériaux: polyester et Plexiglas. Tandis qu'il multiplie les œuvres et les expositions, Arman s'engage désormais pleinement dans la mouvance intellectuelle et artistique des années 60. Ses rencontres le conduisent à fréquenter le milieu artistique new-yorkais, au contact, notamment, de Marcel Duchamp.

1962: Coupes de métal et soudure en Inclusions (polyester), Combustions.
1964-1965: Rétrospectives personnelles à Krefeld, Amsterdam, Bruxelles, et Minneapolis
Dès 1967, Arman se lance dans des collaborations avec l'industrie (Art et Industrie). Tandis que l'on assiste, au début des années 70, à une reconnaissance croissante de son œuvre en France et à l'étranger, il prend la nationalite américaine tout en gardant la nationalité française.

Dans les années 1980 et 1990, l'éventail des œuvres et des techniques s'élargit. Arman décline et multiplie les diverses procédures d'exécution: « The Day After » (Combustion + bronze), Peinture - Brush Strokes, Dirty Paintings, Shooting Colors, séries en bronze, Atlantis.

Les réalisations monumentales s'imposent: « Fairlaine Spirale » à Detroit, « Long Term Parking » a Jouy-en-Josas, « A la République » au Palais de l'Elysée, « Consigne à Vie », « L'heure de Tous » à la Gare Saint Lazare, "Homage to the Garment District " à Jérusalem, « Rostropovitch Tower » en Californie, « Espoir de Paix » à Beyrouth, « Matricielle » à Vire (Degrenne), « la Rampante » (Hommage à la Ferrari) en Italie, « Toccata et Fugue » (en cours d'élaboration) en Allemagne (Leipzig).

A la fin des années 1990,l'œuvre se radicalise en une succession de gestes reliés à l'objet (Accumulations en Relation, Cascades, Sandwiches Combo). Intérêt renouvelé pour la peinture « La Nuit Etoilée », « Nec Mergitur »
Parallèlement, Arman réalise des gravures et eaux-fortes de grand format, des dessins, et renouvelle ses collaborations d'éditions avec des poètes et écrivains.

1998 - 2001: Une grande Rétrospective d'Arman a lieu à la Galerie nationale du Jeu de Paume de janvier à avril 1998. Cette exposition réunit plus de cent œuvres, réalisées entre 1959 et 1997, qui marquent les moments fondamentaux du parcours de l'artiste. La Rétrospective voyage ensuite jusque en 2001 en Allemagne, au Portugal, en Israël, au Brésil, au Mexique, à Tai Pe, en Espagne.

En l'an 2000, Arman travaille sur des Fragmentations sur panneau, des Fragments (dessins et sculptures), apparition des Superpositions. Une rétrospective thématique (La Traversée des Objets) est organisée au Château de Villeneuve, à Vence.

Arman est mort le 22 octobre 2005 à New-York (USA)

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #art contemporain

Repost 0
Commenter cet article