Solaris de Soderbergh sur France 2

Publié le 27 Janvier 2008

Ce soir sur France 2 à  23 h 25 Solaris,  un film étrange réalisé par Steven Soderbergh, sorti en 2002

Steven Soderbergh alterne les films « grand public » (Erin Brockovitch ou Hors d’atteinte) et les films dits de recherche (Full frontal). Solaris se situe entre les deux, mais affiche une belle ambition dans la mesure où il se confronte au film homonyme de Tarkovski (1972) Solyaris célébré par certains comme un chef-d’œuvre de la science-fiction.

Dans un futur sans référence temporelle bien précise, le Dr Chris Kelvin (George Clooney), dont la femme s’est suicidée, est appelé au secours par son ami Gibarian qui se trouve dans la station spatiale Prométhée en orbite autour de la planète Solaris : des phénomènes étranges s’y déroulent.

Solaris est adapté d’un roman homonyme de science-fiction du Polonais Stanislaw Lem très célèbre dans l’Europe de l’Est. Il avait déjà fait l’objet d’un premier film réalisé par Andreï Tarkovski en 1972 sous le même titre « Solaris » qui inspira, en partie, Cameron lorsqu’il conçut Abyss.

Il s’agit d’un film de science-fiction plus proche de 2001, odyssée de l’espace que de Alien. Et il est d’ailleurs vraisemblable que certains, rebutés par sa lenteur, son univers réduit à quelques personnages et son récit à la fois simple et complexe, n’adhèreront pas au film, ce qui serait regrettable tant le projet est ambitieux et réussi. En revanche, d’autres seront sensibles, voire fascinés par un film envoûtant grâce à son scénario en forme d’énigme, à sa réalisation allusive et poétique, à ses images féeriques et à sa musique lancinante.

Le film – mais il faut attendre la fin pour le découvrir – est construit comme une boucle qui se referme évoquant ainsi le thème de l’éternel retour, de sorte que, sans déflorer les détails de l’histoire, on pourrait penser que le préambule du film en est aussi l’épilogue, et inversement. Toutefois, loin de tout schématisme narratif, la réalisation de Soderbergh s’appuie surtout sur une démarche poétique qui multiplie les signes et les résonances comme autant d’échos. C’est ainsi que le sang de la coupure au doigt que se fait le Dr Chris dans le préambule renvoie, d’une part, aux traces de sang qu’il découvre dans la station Prométhée et, d’autre part, à la nouvelle coupure au doigt qu’il se fait à la fin et qui, à l’opposé, ne saigne pas. Cette reprise, à trois « moments » du film - évocation uniquement visuelle de la souffrance du Dr Chris - signifie que cette souffrance est la même que celle des habitants de la station mais qu’elle a disparu au dénouement. Elle révèle qu’une sorte d’ « harmonie » – mot qui permet de ne pas divulguer la fin – a été retrouvée dans la réconciliation avec lui-même par l’acceptation de ses souvenirs au-delà du déséquilibre né d’une souffrance avivée par l’absence de la femme aimée et le désir de la retrouver.

On l’aura compris, ce voyage dans l’espace – somptueusement évoqué en raccourci par l’arrimage, lent et silencieux, de la navette Athéna et de la station orbitale Prométhée aux formes esthétiquement réussies – peut se lire comme une métaphore d’un voyage initié, à la faveur de songes nocturnes, au plus profond des personnages, à la recherche du temps passé, du sens de leurs actes et de leur destinée. Le thème du miroir, du reflet et du double s’impose à travers les signes qui jalonnent le film : réalité et présent (sur la Terre) / rêve et passé (sur la station Prométhée), bonheur et malheur / vie et mort. « Nous ne cherchons pas d’autres mondes, nous cherchons des miroirs », dit une voix qui résonne dans la station Prométhée, formulant ainsi l’échec de toute quête de l’autre. Or, cette recherche est bien celle de l’amour au sens le plus romantique du mot – l’amour de Tristan et Iseult ou de Romeo et Juliette. Un amour qui lie indissolublement Chris Kelvin et Reha (Natasha McElhone) jusque dans la tombe, au-delà même de la mort. D’autre part, de même que Kevin n’a pu empêcher le suicide de sa femme, de même il ne peut arriver à temps pour porter secours à son ami Gibarian. Le pessimisme est entier : l’homme est seul dans l’univers et sa quête des autres est vouée à l’échec car le temps altère toute chose (cf. les plans, à deux reprises, de gouttes de pluie qui s’écoulent, métaphoriquement, sur la vitre de la vie), et se transforme fatalement en sentiment de culpabilité de survivre à l’être aimé. Quant à la résurgence du passé - représenté visuellement pat Rheya qui se demande pathétiquement si elle n’est qu’une image des souvenirs de Kelvin ou une femme bien réelle -, elle ne peut que torturer davantage et ne s’effacer que dans la mort. Une autre voix sentencieuse énonce qu « ’il n’y a pas de réponses, il n’y a que des choix ».

Cette interrogation sur le sens de l’existence n’est qu’allusive et impressionne le film en filigrane au travers de la beauté de sa photographie et de la savante utilisation des couleurs. Soderbergh définit trois univers dans son film par la seule magie des couleurs : les scènes qui se déroulent sur la Terre se caractérisent par des teintes de feuille morte volontairement assombries propres à traduire la vie morne et mélancolique de Kevin sans sa femme ; l’intérieur de la station Prométhée à la magnifique dominante gris bleu acier restitue fidèlement la froideur inhumaine du monde technique ; Solaris, enfin, apparaît sous l’aspect fascinant de formes fluctuantes et de couleurs changeantes de camaïeux de mauves, de roses et de verts.

Cette symphonie de couleurs est en correspondance naturelle avec une magnifique partition musicale qui, retrouvant la respiration de l’océan matriciel originel, coule par vagues successives de flux et de reflux, tantôt lointaines et douces, tantôt proches et puissantes, qui nous berce et nous accompagne sur le chemin du film jusqu’au moment où l’enfant d’âge tendre tend la main (reprenant, en l’inversant, le geste du Créateur de la fresque de la Chapelle Sixtine peinte par Michel-Ange) à l’adulte harassé qui s’y agrippe en une magnifique ellipse qui ferme une autre boucle du film . Elle est d’ailleurs une réminiscence de l’ellipse de « 2001, Odyssée de l’espace » (l’outil préhistorique lancé dans les airs se transformant en vaisseau spatial) ; mais, conforme au propos de Soderbergh, elle concerne le seul individu quand celle de Kubrick portait sur l’espèce humaine. Ce film-symphonie pictural et musical ajoute, par effet de contraste, aux séquences qui se déroulent dans la station Prométhée un flux de sons sourds qui emplit l’espace et installe le spectateur dans le malaise. Bref, que ce soit au plan des couleurs ou des sons, Soderbergh oppose la double et étrange incompréhension de l’être humain dans ses rapports avec lui-même et avec la technique.

Distribution

  • Dr Chris Kelvin : George Clooney
  • Rheya : Natascha McElhone
  • Gordon : Viola Davis
  • Snow : Jeremy Davies
  • Gibarian : Ulrich Tukur
  • Le jeune garçon : Shane Kelton
 

Fiche technique

  • Réalisation : Steven Soderbergh
  • Scénario : Steven Soderbergh, d’après le scénario de Stanislaw Lemm
  • Directeur de la photographie : Steven Soderbergh, alias Peter Andrews
  • Musique originale: Cliff Martinez
  • Production : Lightstorm Entertainment / 20th Century Fox / Section *Eight / USA Films
  • Distribution :UFD
  • Durée : 94 minutes
  • Date de sortie: 2002

 

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0
Commenter cet article