La mort d'un héros discret : Paul Tibbets

Publié le 1 Janvier 2008

Le général Paul Tibbets est mort paisiblement le 1er novembre 2007 à Columbus, dans l'Ohio. Il n’a jamais exprimé de regrets : « Nous n’étions pas indifférents, mais il fallait passer outre cela. Nous savions que cela allait tuer des gens, mais ma priorité était de faire le meilleur travail possible pour mettre fin à la guerre le plus vite possible ». « Je dors bien toutes les nuits, avait-il ajouté. Il s’agissait, à ses yeux, de faire son «devoir patriotique».

Avant son décès, il a cependant fait savoir qu’il ne voulait ni funérailles ni pierre tombale, par peur de déclencher des manifestations de protestations.

Mais remontons un peu l'histoire:

Le 17 décembre 1944, le 509th Composite Group de la 20th Air Force commence à s'entraîner dans l'Utah à des bombardements d'un type particulier: larguer une unique charge depuis une altitude très élevée.
En fait, seul son chef, le colonel Tibbets, connaît la teneur de leur mission. Les équipages s'entraînent ensuite à des largages de "citrouilles", des conteneurs sans charge nucléaire.
Le 18 mai 1945, le 509th arrive à Tinian, dans les îles Mariannes et commence en juillet le largage de "citrouilles" bourrées d'explosifs classiques sur des objectifs japonais, pendant que, dans le plus grand secret, "Fat Man" et "Little Boy", les deux bombes atomiques d'un type différent, sont convoyées et assemblées.

Le 25 juillet, avant même la réponse du Japon à l'ultimatum lancé le jour même, Tibbets reçoit l'ordre d'utiliser une de ses "armes spéciales" dès que la météo le permettra, à partir du 3août, sur l'une de ces quatre cibles: Hiroshima, Kokura, Niigata ou Nagasaki. La cible devait être clairement visible et le bombardement s'effectuerait à une altitude proche de 30 000 pieds (environ 9100 m).
Le 6 août 1945, à 1h 37, trois B-29 décollent de Tinian pour une reconnaissance météo au-dessus d'Hiroshima, Nagasaki et Kokura. Les équipages de ces appareils avaient également pour mission d'observer les effets de la bombe.

À 2h45, le colonel Tibbets décolle à bord de l'Enola Gay. Il a donné à son appareil les prénoms de sa mère. Son appareil modifié (qui ne comportait pas de tourelle de mitrailleuse, hormis à la queue) emporte "Little Boy". Au passage au-dessus d'Iwo Jima, le capitaine Parsons se glisse dans la soute pour amorcer la bombe. L'Enola Gay grimpe alors pour atteindre son altitude de bombardement.


le B29 Enola Gay

Le temps était très clair sur Hiroshima. La ville avait été épargnée par les raids américains et c'était à peine si une douzaine de bombes étaient tombées sur la ville en trois ans. Les habitants s'étaient accoutumés à voir leur cité survolée par les B-29 qui allaient bombarder d'autres villes du Japon.

Compte tenu des observations, l'Enola Gay se dirige vers Hiroshima. À 7h30, les habitants d'Hiroshima pouvaient entendre le signal de fin d'alerte.
Pendant ce temps, dans l'Enola Gay, le colonel Tibbets cède sa place au commandant Ferebee, le bombardier de l'équipage.

À 8h 14, "Little Boy" est larguée et l'Enola Gay fait un rapide virage sur l'aile pour éviter le souffle de l'explosion. Cinquante-trois secondes plus tard, la bombe atomique explose à 580 m au-dessus d'Hiroshima.

Dans les appareils qui survolent Hiroshima et s'en éloignent, les mitrailleurs de queue sont éberlués par le spectacle.
Tibbets fit demi-tour. Il voit monter au-dessus d'Hiroshima un énorme nuage qu'il décrira comme un énorme baril de goudron en ébullition qui s'élevait en altitude.

Il se pose à Tinian à 14h 58 et est aussitôt décoré ainsi que son équipage.

Le colonel Paul Tibbets était né en 1915. Contrairement à certaines rumeurs, il ne devint pas fou et continua à servir l'US Air Force. Il est nommé général et reçoit onze décorations. Il part à la retraite le 31 août 1966 après presque 30 ans de carrière militaire.

De 1970 à 1985, il dirige une compagnie d'aviation privée.
Il a donné jusqu'en 2006 des conférences pour relater ses exploits. Il possède un site web officiel où des souvenirs sont en vente ( maquettes de la bombe). Sur la dizaine de pages du site, aucune allusion aux victimes de la bombe, aucune évaluation des morts et blessés, aucune sorte de compassion.

La puissance dissipée par la bombe a été estimée à 14 000 t de TNT. Cette énergie est transformée en chaleur et en souffle pour 85% et en radiations pour 15%. Chacun de ces trois effets est dévastateur.
Dès le premier millionième de seconde, l’énergie thermique est libérée dans l’atmosphère et transforme l’air en une boule de feu qui atteint un kilomètre de diamètre en quelques secondes au-dessus d’Hiroshima.
Au sol, la température atteint plusieurs milliers de degrés sous le point d’impact.

Dans un rayon de 1 km, tout est instantanément vaporisé et réduit en cendres. Jusqu’à 4 km de l’épicentre, bâtiments et humains prennent feu spontanément ; les personnes situées dans un rayon de 8 km souffrent de brûlures au 3° degré.
Après la chaleur, c’est au tour de l’onde de choc de tout dévaster: engendrée par la phénoménale pression due à l’expansion des gaz chauds, elle progresse à une vitesse de près de 1.000 km/h, semblable à un mur d’air solide.
Elle réduit tout en poussières dans un rayon de 2 km. Sur les 90.000 bâtiments de la ville, 62.000 sont entièrement détruits.

La nouvelle de la destruction d'Hiroshima parvient à Tokyo le 7 août, laissant le gouvernement japonais sceptique et sans réaction.
Le 9 août c'est Nagasaki.
Le 15 août, l’empereur du Japon, Hiro-Hito, annonce la capitulation sans condition de son pays.
Le 2 septembre 1945, la capitulation japonaise est signée à bord du Missouri, provoquant la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Voir aussi:

Voir page détaillée sur l'origine et les préparatifs de la production de la bombe

Le choix des cibles et l'étude des impacts de la bombe daté du 12 mai 1945

L'ordre d'utiliser une de ses "armes spéciales" daté du 25 juillet 1945



Photo prise à 8h58 par un membre de l'équipage de l'Enola Gay altitude du nuage ~ 12 000 m (source US Army)

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #Japon

Repost 0
Commenter cet article

Catherine et Laurent 01/11/2011 11:35


Bonjour Nezumi,

Catherine et Laurent sont heureux de t’annoncer que ton adhésion à notre communauté « Les chroniques de la meute » vient d’être validée.

Dès à présent, tu as la possibilité de publier des articles au sein de cette communauté.

Au plaisir de te lire.

Bonne journée… communautaire,
Amitiés.