Les derniers jours de Philibert Charles Thévenet

Publié le 17 Juin 2015

Centenaire de la première guerre mondiale.

Il y a 100 ans, le 18 juin 1915 (juste 25 ans avant l'Appel du Général de Gaulle), mourait (ou plutôt disparaissait, car son corps ne fut pas clairement identifié) , mon grand-père, Philibert Charles Thévenet.

Début 1915, il appartient au 22e bataillon alpin de chasseurs à pied, cantonné dans les Vosges.

Le 9 mai 1915 débute la deuxième bataille d'Artois.  Le  20e bataillon de chasseurs à pied est engagé, au sein de du 21e corps,13e division d'infanterie, et subit des pertes très lourdes dès le début à Notre-Dame de Lorette. ll est mis au repos et ses unités sont recomposées.

Le 29 mai 1915, le sergent Philibert Charles Thévenet est muté du 22e au 20e bataillon de chasseurs à pied.

La première quinzaine de juin 1915, les combats sont engagés dans les tranchées de Rebeuve, et de Houdin, secteur sud de l'Éperon de Lorette.

Extrait du journal de marche du 20e bataillon de chasseurs à pied

17 juin 1915
0h: Note du Général Commandant la 25e brigade, indiquant qu'il est de la plus haute importance que la 13é division atteigne F7 F8 K6 (les points géographiques sont codés)
0h 45, le Bataillon quitte le boyau Laprade pour se porter en P3
1h 30, La tête du Bataillon arrive en P3
5h Le Général Commandant la 25e brigade, donne l'ordre de profiter de la brume pour brusquer l'attaque et de gagner coûte que coûte le chemin d'Ablain à Angres
8h 40Réception de l'ordre d'opération No 51 pour la journée du 17 juin
11 h Contr'ordre, l'attaque n'aura pas lieu de jour, mais de nuit.
14 h Réception d'une note de la Brigade, l'attaque sera déclenchée à 22 h exactement
22 h La 1ère et la 2ème Compagnies   débouchent de l'ouvrage des sacs de terre. elles sont arrêtées, dès leur débouché , par des feux de mitrailleuses paraissant venir de la route de Béthune
23 h La 3ème compagnie débouche à son tour pour renforcer la Compagnie de droite.
23 h 30 Les 3 compagnies ne peuvent progresser davantage, elles se trouvent à 300m environ à l'est et s'y retranchent
Pertes 6 blessés, 3 tués, 2 disparus

18 juin 1915 Les 3 compagnies sont échelonnées entre les tranchées conquises à 250 m de l'ouvrage et les point P3 P4
4 h à 5h Violent bombardement autour du PC du Fortin Brouthioux
12h 15 Note de la Brigade, indiquant que l'attaque sera reprise vers 16 h après préparation par l'artillerie
14 h Réception de l'ordre d'opération No 51 pour la journée du 18 juin : le chemin creux, de z à O2 doit être atteint à tout prix
17 h 50 La 4ème Compagnie débouche avec 20 minutes de retard, mouvement ralenti dans les boyaux encombrés par les détachements des 21e et 109e Régiments d'Infanterie. Elle est accueillie par un violent tir de barrage qui touche de nombreux chasseurs. Les hommes se tapissent au fond du boyau et ne peuvent avancer. Le capitaine Millot est blessé, le lieutenant Lecomte est disparu. La 4ème Compagnie est dépourvue de commandement.
19h 35 Réception d'une note de la Brigade, l'attaque sera poursuivie toute la nuit
22 h 15 Réception de l'ordre de la brigade prescrivant d'occuper cette nuit le talusn8 n13, de plus relève des bataillons des 21e et 109e Régiments d'Infanterie par un bataillon du 17e Régiment d'Infanterie et par le 20e bataillon de chasseurs à pied. Le commandant rend compte qu'il est impossible de procéder à la fois à la relève des unités et à l'attaque.
Pertes de la journée du 18 juin 2015 : 4 officiers blessés; 44 hommes blessés, 18 tués 6 disparus.

Philibert Charles Thévenet.est rayé des contrôles du bataillon le 19 juin 1915. Son corps ne sera pas identifié.

Le 21 septembre 1915, sa veuve Marie reçoit un secours exceptionnel de 200 F

Philibert Charles Thévenet était né le 5 juin 1886 à Saint Bonnet de Cray, taille 1m64, yeux bleus, cheveux chatain. Il s'était marié le 28 novembre 1911 avec Marie Thérèse SCHNEIDER 1888-1966. Il avait eu un fils Georges, né en 1913 et mort à un mois, et une fille, Charlotte, née en décembre 1914 et qu'il ne vit qu'une fois, lors d'une permission.

Philibert Charles Thévenet en 1914, uniforme du 22e Bataillon de chasseurs

Philibert Charles Thévenet en 1914, uniforme du 22e Bataillon de chasseurs

Notre-Dame-de-Lorette, plus de la moitié des corps n'ont pas été identifiés

Notre-Dame-de-Lorette, plus de la moitié des corps n'ont pas été identifiés

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #première Guerre Mondiale

Repost 0
Commenter cet article