Hope de Boris Lojkine

Publié le 28 Janvier 2015

Film poignant et vigoureux sur les migrants africains.

Le film débute par des plans de migrants dans le désert algérien qui s'aperçoivent que l'un d'entre eux est une femme. Des policiers algériens débarquent, les migrants s'enfuient, la femme est violée. Un migrant camerounais, Léonard, rebrousse chemin, la secourt. C'est le début d'une histoire d'espoir, du nom de cette Nigériane : Hope. C'est le début d'une histoire que l'on qualifierait d'amour si la dureté ne prenait le dessus. En situation de survie, même pour Léonard, le chacun pour soi prime sur les valeurs.

D'abord méfiant et embarrassé, le jeune homme tombe peu à peu amoureux. Le film suit le couple jusqu'aux portes de l'Europe, cette terre promise, ce mirage pour lequel on accepte de tout endurer, le viol et la prostitution, la faim, l'épuisement et la peur. Du désert aux côtes marocaines, leur odyssée dresse la carte d'un monde radicalement hostile, balisé par des ghettos mafieux, peuplés de passeurs sans scrupules.

Boris Lojkine, qui vient du documentaire, décrit cette errance comme personne ne l'a encore fait sur ce sujet, avec une certaine froideur anthropologique, dans toute la cruauté des règles du voyage clandestin : dans chaque ville, des maisons délabrées ou des appartements servent de ghettos-refuges par origine nationale, sous le pouvoir de pasteurs exploiteurs faisant la pluie et le beau temps des êtres et des âmes. Et partout, le mépris, les contrôles, les razzias. Et pour Hope, la prostitution comme unique destin.

Tout en retenue, Endurance Newton et Justin Wang sont remarquables. Elle est secrète, à la fois forte et vulnérable, il est doux, perdu, profondément touchant. Dans leur parcours intime et géographique, de la survie à l’amour, de la peur au sacrifice, ces émouvants amants de fortune portent le film de bout en bout. Ils sont tous deux, comme le reste du casting, des comédiens non-professionnels, ayant un peu vécu le même genre d’épreuves que leurs personnages.

Tourné au Maroc sur les lieux de ce qu'il décrit, avec des acteurs recrutés sur le tas et jouant le plus souvent en se l'appropriant leur propre rôle, profitant d'une mise en scène sans fioritures mais s'aventurant parfois dans le rythme, les gros plans et les lumières du film d'action, maniant habilement les ellipses et sans voyeurisme sur la violence à l'œuvre, Hope réussit cette délicate alchimie de ne pas sombrer dans le pathos ou le misérabilisme tout en éveillant les consciences.

Boris Lojkine est un réalisateur français né en 1969. Ancien élève de l'École normale supérieure, il a enseigné la philosophie à l’université d’Aix-en-Provence avant d'entreprendre la réalisation de documentaires inspirés par son séjour au Viêt-nam. Dans Ceux qui restent, en 2001, puis Les Âmes errantes, en 2005, il s’intéressait aux souffrances du peuple vietnamien, encore profondément marqué par la guerre. D’un genre à l’autre, de l’Asie à l’Afrique, il garde avec Hope la même force d’évocation, le même désir de vérité, le même regard sensible et acéré.

Hope de Boris Lojkine

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0
Commenter cet article