Gianni Caravaggio ou l'Arte Povera distingué

Publié le 20 Décembre 2014

Gianni Caravaggio est né dans une petite ville du centre de l'Italie, mais sa famille déménage rapidement en Allemagne. Là, il étudie la philosophie avant de retourner en Italie pour étudier à l'Académie des Beaux-Arts de Milan.

Gianni Caravaggio est influencé par des courants artistiques comme l'Arte Povera, Fluxus, l'Arte Processuale et le post-minimalisme. Le point commun de ces courants est l'abandon de toute forme de représentation naturaliste en art, mais aussi la relation directe aux matériaux, leur contact, leur accumulation, leur dispersion. Cependant, ils divergent sur la symbolique et la valeur narrative qu'ils accordent à ces matériaux.

Les œuvres de Gianni Caravaggio sont comme une succession de verbes, équilibrer, attirer, créer, faire, décliner, imiter. Chacune se déploie sur le sol, en partant du minimum, de l'élément le plus noble, comme le marbre, à l'élément le plus élémentaire et le plus fragile, comme le sucre. Le sol revêt une importance particulière dans le travail de cet artiste, il l'utilise et le présente comme un horizon de possibilités. Les sculptures de Gianni Caravaggio se regardent d'en haut comme s'il s'agissait de maquettes, d'expériences. Souvent, elles semblent prêtes à s'effondrer, comme si elles étaient construites sur un équilibre fragile.

Il se trouve deux axes opposés dans la démarche de Gianni Caravaggio, la construction enfantine, faite à tâtons et soumise aux aléas, d'une part et d'autre part, l'expérience scientifique et sa précision indéniable. Un autre paradoxe est présent dans son œuvre, à partir de matériaux bien réels et identifiables, il crée une image poétique, intuitive et stimule l'imagination du spectateur qui n'est plus certain d'avoir devant lui un petit bloc de marbre ou un gros morceau de sucre. Dans ce processus d'assimilation de transition entre microcosme et macrocosme, entre un matériau disponible immédiatement et une image sidérale et inaccessible que l'imagination et la poésie sont générées, par exemple à la façon dont un manche à balai devient un cheval ou un fil de fer, l'orbite d'une planète.

Il mistero nascosto da una nuvola, 2013, marbre noir  et sucre en poudre, au fond what does your soul look like, 2001 fil de nylon coloré

Il mistero nascosto da una nuvola, 2013, marbre noir et sucre en poudre, au fond what does your soul look like, 2001 fil de nylon coloré

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #art contemporain

Repost 0
Commenter cet article