Bande de filles

Publié le 21 Octobre 2014

Courez voir Bande de filles film français réalisé par Céline Sciamma,

Le film commence sur une musique pop-électro, signée Para One, Des filles à la peau noire et aux épaules de déménageurs labourent un terrain de sport, football américain, violemment éclairé. De retour du stade, les filles circulent en groupe dans leur cité. Progressivement, la bande chahuteuse, parlant fort, se délite : les unes après les autres, elles rentrent chez elles, de plus en plus isolées et vulnérables. Au fur et à mesure que se défait la troupe, le silence se fait. Et les grappes de mecs qui les regardent passer, assis sur les rambardes ou les escaliers, prennent soudain l’air inquiétant de prédateurs prêts à bondir.

Marieme, 16 ans, en échec à l’école, mère de substitution à la maison, s’occupe de ses petites sœurs en essayant de passer entre les coups de son grand frère. Jusqu’au jour où elle rencontre trois filles, bien décidées à ne pas se laisser dicter de lois, des bagarreuses, des enjôleuses, des drôlesses, qui soignent leur style et balancent leurs répliques avec une rage joyeuse. Pour cette bande de filles à la féminité explosive, tout vaut mieux que les rôles qu’on leur assigne : être des « filles bien », épouses cloîtrées trimant dur comme leurs mères. Et tant pis si elles courent le risque de se faire traiter de « putes » parce qu’elles ont osé coucher.
Nouvelle vie, nouvelles amies, nouveau nom (« Vic »), nouveaux codes vestimentaires. C’est cette mue que saisit Céline Sciamma, qui filme avant tout des états transitoires, des métamorphoses profondes et superficielles, autant d’étapes entre l’enfance et l’âge adulte. Visiblement fascinée par ses sujets, adolescentes découvertes au cours d’un casting sauvage, Céline Sciamma enregistre leurs rituels, filmés comme des plages visuelles et sonores déconnectées de toute progression dramatique. Par exemple cette belle scène où les filles s’enferment dans une chambre d’hôtel, se maquillent et s’habillent pour chanter et danser toute la soirée devant la télévision. Le rapport à l’image et à leur image joue un rôle important chez ces filles, sans cesse en représentation, qui se filment en train de s’amuser mais aussi de se battre, lors de duels organisés entre bandes rivales.
D’une virée shopping au Forum des Halles aux bastons rituelles à ciel ouvert, d’une séance de danse hip hop sur le parvis de la Défense aux soirées clandestines dans une chambre d’hôtel, la cinéaste capte merveilleusement leur énergie frondeuse.

Sciamma filme ses personnages en mouvement, qu’ils marchent, dansent, se battent. Particulièrement emblématique de ce parti pris, une scène va faire parler d’elle : dans une chambre d’hôtel, les donzelles maquillées et sapées se mettent à chanter et danser sur Diamonds, de Rihanna. Sciamma les filme comme elles se rêvent, dans le défouloir secret d’une soirée entre filles : en princesses pop et sexy, émouvantes reines du dancefloor.


Céline Sciamma capte ce mélange d’enfantillage et de violence, la tentation de la délinquance et aussi la montée du désir chez son héroïne qui devient femme. L’emploi du cinémascope relève d’un évident désir de cinéma, comme ses plans d’ensemble nocturne sur la ville, nappés de rock synthétique, ou la formidable scène d’ouverture qui place d’emblée le film sur le terrain d’un imaginaire américain. Pointe également, au diapason du look très élaboré et fortement sexué des jeunes filles, tout en extensions capillaires, un séduisant fétichisme cinématographique, gros plans d’yeux et de bouches, ou cette perruque peroxydée et ces escarpins rouges sur un tapis de la même couleur.
Tout au long du film la réalisatrice donne le sentiment d’être en prise directe avec une réalité ultra-contemporaine et la sensation d’avoir posé le pied dans un territoire de fiction presque exotique. .
Sur le sort des filles « des quartiers », la réalisatrice ne dit au fond rien de nouveau. Le déterminisme, l’archaïsme des interdits, le poids social et familial, Mais en faisant d’elles des personnages, des vrais, elles leur donnent vie comme rarement on l’a vu au cinéma. Inventive, volontaire, dynamique, sa mise en scène semble leur insuffler tout ce dont les prive leur réalité, sociale et politique. La conclusion du film est sans beaucoup d'espoir pour Marieme, après avoir déserté l'école, refusé un travail de femme de ménage, réfuter l'idée d'un mariage avec un copain, pourtant assez tranquille, elle déserte le milieu du trafic de drogue dans lequel elle était tombée. Pas de réelle piste, mais la fin de l'histoire reste ouverte.

Bande de filles

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #cinéma

Repost 0
Commenter cet article