La Bataille de Moislains

Publié le 6 Septembre 2014

Revenons sur la Bataille de Moislains, au cours de la quelle mourut Alfred Dumousseaux , le 28 août 1914. Cette bataille fut une des plus brèves (une matinée) et des plus sanglantes du premier mois de la Première Guerre Mondiale.

Envoyé « à marche forcée » au nord de la Picardie, le « 307e régiment » avait pour mission de retarder l’avancée allemande sur Paris et d’éviter l’encerclement d’un corps expéditionnaire anglais fort de 74 000 hommes.

Le comte rendu officiel (disponible là http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult.php?fam=3&ref=6&le_id=2138 ) est bref, sec et laconique:


28 août 4h
Le 308e, tête du gros de la colonne se porte sur peronne. Brouillard intense. subitement le 307e est accueilli en face de Moislains, au sud du bois de vaux, par un feu violent d'infanterie, que vient bientôt soutenir l'artilleri
e.

9 heures. le 308e se déploit et subit de grosses pertes. Attaqué par un ennemi retranché, supérieur en nombre, et menacé sur ses arrieres et ses flancs, il doit battre en retraitear Rocquigny... vers Arras, où il arrive à 21 h 30

pertes: 16 officiers tués blessés ou disparus, 732 sous officiers, caporaux et soldats tués, blessés, prisonniers ou disparus (sur un effectif total de 2200 hommes)

Quelques années plus tard les historiens sont plus loquaces:

Le 28 août 1914, une terrible bataille a décimé les troupes du 307e et 308e RI d’Angoulême commandées par le colonel Gary. Cette offensive s’est déroulée à Moislains, en Picardie. À 7 h 30, la tête de la colonne atteint la ferme du Gouvernement, installée entre les bois de Saint-Pierre Waast et celui de Vaux. Vers 8 heures, les dragons viennent buter sur les avant-postes ennemis. Des deux côtés, on échange des coups de fusil.

Les combattants tirent au jugé tant le brouillard est dense. Vers 9 heures, les patrouilles détachées des 19 e et 20 e compagnies du 307 e RI reçoivent l’ordre d’avancer vers les lisières du village. Là, les éclaireurs se trouvent confrontés à des cavaliers allemands contre lesquels ils doivent croiser la baïonnette. Les fantassins allemands ouvrent le feu et un déluge d’obus s’abat sur les deux compagnies qui se rabattent sur le bois de Vaux. Deux compagnies du 308 e RI arrivent à la rescousse, mais voyant les soldats ennemis fondre sur elles pour les encercler, elles se replient sur le chemin de la Croix où les attendent les rescapés du 307e .

Avec la dissipation du brouillard, l’ennemi s’aperçoit qu’il n’a en face qu’un petit nombre d’adversaires. L’artillerie vient alors prendre position au lieu-dit Valigout et des mitrailleuses campent sur le chemin de la Croix pour un tir croisé. En quelques instants c’est l’hécatombe. Les blessés et les morts gisent au fond du chemin. À midi la cavalerie allemande charge et sabre les derniers combattants sur la plaine dominant Moislains. La bataille a duré quatre heures.

Ce qu'ils oublient de dire, c'est que l'ampleur du désastre vient aussi de l'affrontement entre, coté français, deux régiments de réservistes, mobilisés moins d'un mois avant et côté allemand, une armée d'active commandée par le général Von Kluck, qui sera par ailleurs décoré pour cette bataille.

Rappelons enfin que les millions de morts de cette guerre n'étaient pas la conséquence d'une lutte contre une dictature ou des terroristes, mais l'affrontement de nations impérialistes pour la (re)conquête de territoires.

Extrait du journal de marche du 308e régiment pour le 28 août 1914

Extrait du journal de marche du 308e régiment pour le 28 août 1914

Extrait de compte rendu 1954

Extrait de compte rendu 1954

Rédigé par nezumi dumousseau

Publié dans #première Guerre Mondiale, #Centenaire

Repost 0
Commenter cet article